• © Jamie Ross

ÉTUDES HÉRÉTIQUES 1–7

  • PROGRAMME COMMUN – En partenariat avec le Théâtre de Vidy – Du 23 mars au 2 avril 2017 – Plus d'infos sur www.programme-commun.ch
  • Concept Antonija Livingstone et Nadia Lauro (DE/PT)
  • Accueil – performance – coproduction
  • Du vendredi 31 mars au samedi 1er avril 2017 - Vendredi 31 janvier à 21H et Samedi 1er avril à 20h30 COMPLET 
  • VE 31 à 21H / SA 1er à 15H et à 20H30
  • Durée : 1H15 env.
  • www.extrapole.eu
  • MANGER AVANT/APRES SPECTACLE - assiette du soir dès 15.-
    entre 18h30-21h30 les soirs de représentation - les soirs de première un repas est offert à l'issue de la représentation : réservation pour le repas conseillée par mail à resto@arsenic.ch ou directement au resto au 021 625 11 43

Réserver

  1. Spectacle
  2. Date(s)
  3. *
  4. *
  5. *
  6. *
  7. *
 

cforms contact form by delicious:days

« Si nous n’avons pas d’hérétiques, nous devons les inventer, car l’hérésie est essentielle pour notre santé et notre croissance… Notre symbole de croyance est l’hérésie. »

Ievgueni Ivanovitch Zamiatine (1884-1937), écrivain russe du XXe siècle

 

Armées de leur sensibilité dandy féministe, Antonija Livingstone et Nadia Lauro réaniment le format usité du symposium et en font revivre les ambitions oubliées et les plaisirs grivois.

Dans la Grèce ancienne, un symposium est un regroupement de pédérastes enthousiastes. Autant d’aristocrates réunis pour boire du vin, philosopher, séduire et éduquer leurs jeunes amants.

Logos, Pathos et Éros réunis autour de divertissements légers comme la poésie, la danse et la musique, une machine à former des citoyens éclairés et intégrés.
Les deux artistes usent de l’architecture sociale et physique de ce format pour stimuler le partage de sagesse et la culture d’une citoyenneté pleine d’entrain. L’espace qu’elles forment est rempli de tendresse, d’une renégociation de nos prises de conscience, de regards portés sur les mystères permanents de la vie. Comme elles l’indiquent, la vitalité est en jeu. Un habitat queer d’intelligence sensorielle se construit en temps réel. Le témoignage et l’accompagnement supplantent le contrat du spectateur. L’étymologie du mot hérésie, hérétique fait référence à celui ou celle qui choisit pour lui/elle-même, en contraste avec les normes sociétales dominantes.

Conçu et réalisé par :

Antonija Livingstone & Nadia Lauro

En collaboration avec Stephen Thompson &  Kennis Hawkins

Guest : Volmir Cordeiro

Storm Design : Brendan Dougherty

Troisieme Oeil : 

Escargot : Winnipeg Monbijou

Conseil costumes : Kahori Furukawa

Régisseur général : Rodolphe Martin

Production déléguée : extrapole

Coproduction

L’Arsenic, Centre d’Art scénique contemporain (Lausanne) ; Usine C (Montreal) grâce au soutien du Conseil des Arts du Canada ; Théâtre Garonne (Toulouse) ;

humain Trop humain / Centre Dramatique National de Montpellier ; Festival d’Automne à Paris ;

avec le soutien de montévidéo, centre de créations contemporaines (Marseille)

Coréalisation La Ménagerie de Verre (Paris) ; Festival d’Automne à Paris

 

Remerciements : Jamie Ross, Léopoldine Guillaume , Benny Nemerofsky Ramsay, Jennifer Lacey, The Pearce Institute and Contemporary Performance Practice Glasgow School of Art Students,

Respects à : Mark. Z.Danielewski’s House of Leaves, Plato’s Symposium as translated by Percy Bysshe Shelley, The Seven Discourses on Love, Rene Schurte, Oskar Schlag Collection Esoteric Library, Zurich Schwartzman Rare Books Division Library, New York City, Dr. Bernard Schweizer and Department of Heresy Studies, New York University, The private library of Prof.G.Hekma and Prof.M.Duyves : The World Will Always Welcome Lovers.

ANTONIJA LIVINGSTONE est une artiste indépendante qui partage son temps entre Montréal et Berlin. Sa pratique s’inscrit à la frontière de la danse et de la performance. Elle a grandi au sein d’une famille de géologues itinérants travaillant dans les régions aurifères lointaines de Colombie britannique et du Yukon.

Elle a suivi une formation internationale en arts performatifs et chorégraphiques – des études qu’elle a menées de façon autodidacte, en dehors de toute institution. Son approche, critique et humoristique, mêle la plupart du temps une grande variété de genres performatifs. Son travail est souvent le fruit d’une collaboration avec des artistes visuels, des chorégraphes, mais aussi des inconnus. A travers ses oeuvres, elle s’efforce de décrypter, toujours hors des sentiers battus, l’histoire et le devenir du corps dansant, du genre, de la façon d’être spectateur, et de la communauté. Depuis sa première oeuvre en solo, The Part (2004), Antonija Livingstone propose des gestes critiques, inscrits dans l’esprit queer.

Ces dix dernières années, elle a été le co-auteur et la coproductrice d’une série de projets, parmi lesquels Cat Calendar (2005) avec Antonia Baehr ; – a situation for dancing (in 4 episodes- 2006) avec Heather Kravas ; The 1001 (2012) avec Sarah Chase ; Culture Administration & Trembling avec Jennifer Lacey & invités (2009, 2014). En qualité de performeuse, Antonija Livingstone a travaillé avec Vera Mantero, Nadia Lauro, Ezster Salamon, Lisa Nelson et Deborah Hay. Elle a collaboré à de nombreuses reprises avec Benoît Lachambre et Meg Stuart. Actuellement, elle présente Sketches – Notebook avec Meg Stuart à travers l’Europe. Son nouveau projet a reçu le soutien du Centre Dramatique National de Montpellier (Languedoc-Roussillon, France), dirigé par Rodrigo García et sera créé au Festival d’Automne à Paris 2016.

NADIA LAURO, scénographe et plasticienne basée à Paris, développe son travail dans divers contextes (espaces scéniques, architecture du paysage, musées). Elle conçoit des dispositifs scénographiques, des environnements, des installations visuelles qui génèrent des manières de voir et d’être ensemble inédites. Elle collabore avec les chorégraphes Vera Mantero, Benoît Lachambre, Frans Poesltra, Barbara Kraus, Emmanuelle Huynh, Fanny de Chaillé, Alain buffard, Antonija Livingstone, Latifa Laabissi et Jennifer Lacey, avec laquelle elle co-signe différents projets. En 2007 les Presses du Réel publie « Jennifer Lacey & Nadia lauro -dispositifs chorégraphiques » par Alexandra Baudelot. Elle reçoit le prix The Bessies 2000, New York Dance and Performance Awards pour la conception visuelle de $Shot (Lacey / Lauro / Parkins / Cornell). En 1998, elle fonde avec l’architecte Laurence Crémel, l’association Squash Cake Bureau où elle crée des aménagements paysagers et du mobilier urbain.

Elle scénographie également le concert Transhumance ( Cocorosie, Nadia Lauro, Gaspard Yurkévitch ) au Centre Georges Pompidou.

Elle conçoit les installations/performance « Tu montes », « As Atletas », « I hear voices » dans divers lieux en Europe, au Japon et en Corée ainsi que »La Clairière »(Fanny de Chaillé/Nadia Lauro) /NouveauFestival 2013, Centre Georges Pompidou.

Elle présente « la Clairière’ (Fanny de Chaillé/Nadia Lauro), un environnement visuel immersif pour entendre au Centre Pompidou, 4ème édition du Nouveau festival / « Khhhhhhh » Langues imaginaires et inventées.