• web72_A+B=X©Gregory Batardon-1092
  • web72_A+B=X©Gregory Batardon-1338
  • abx_site_3
  • web72_A+B=X©Gregory Batardon-1072
  • web72_A+B=X©Gregory Batardon-1065
  • web72_A+B=X©Gregory Batardon-1055
  • web72_A+B=X©Gregory Batardon-0198
  • web72_A+B=X©Gregory Batardon-0200

A + B = X

  • Chorégraphie Gilles Jobin / Suisse
  • accueil / danse
  • du 13 au 15 novembre
  • je, sa 21h / ve 19h
  • salle 1
  • durée : 55 min
  • www.gillesjobin.com
  • je 13.11 / 19h - conférence - présentation du projet de film en 3D de la Cie Gilles Jobin WOMB 3D et projection des essais filmés. 
  • je 13 / ve 14 / sa 15 - orgie spectacle avec Manger Seul, deux spectacles à 21.- soirée cumulée à mentionner sur le formulaire de réservation.
  • du je 06 au di 9.11
    Un parcours à tracer avec QUANTUM qui est la dernière pièce de Gilles Jobin et qui fait partie des événements organisés à l'occasion des 60 ans du CERN.

 

A+B=X, première œuvre significative de Gilles Jobin qui a été présentée dans le monde entier lors de sa création en 1997. Cette pièce est également la première des nombreuses collaborations avec le musicien Franz Treichler*, leader du groupe The Young Gods et l’éclairagiste Daniel Demont, directeur technique de l’Arsenic aujourd’hui.
Organicité des corps, complexité de l’écriture chorégraphique, le chorégraphe pose en 1997 ses jalons dans l’abstraction figurative et crée la surprise par sa façon d’aborder le corps nu en scène. Il s’inspire de la complexité de l’esprit humain et de sa relation avec le corps. Une équation corporelle qui se joue de tout langage prédéfini et qui questionne les fondements de la représentation des corps. Corps hybrides démystifiés où l’identité est dérobée et la sexualité brouillée. Les corps androgynes, baignés d’un voile de lumière obscure, contrastent avec les sonorités indus- trielles qui rythment les images. Le corps humain devient objet d’art vivant sans s’exposer dans sa nudité intégrale. Un étrange paysage se dessine par les contours des formes qui s’offrent au regard. Les corps nus se nouent, se contor- sionnent, se meuvent, se figent et se délacent dans une intense plasticité indolente.

Déchargées de sens, les images libèrent leur pouvoir de sug- gestion et deviennent génératrices de nos propres chimères.

« Il me paraissait logique d’un point de vue chronologique de commencer par là : le corps en tant que sculpture, en tant que parole ; le corps porteur de sens. Les images générées suggèrent plus que ce qu’elles ne montrent. C’est au spectateur d’aller chercher dans sa mémoire afin de donner sens aux images présentées. Mon travail s’inspire de la complexité de l’esprit humain et de sa relation avec le corps. Une vision moderne du corps. Je travaille la nudité comme un costume, pour son pouvoir de suggestion. Mon travail traite du corps dans le présent : je m’intéresse à la confusion des genres, comme une source de diversité et de richesse. Gilles Jobin, 1997

*  Franz Treichler a gagné en septembre dernier le premier Grand Prix suisse de musique
> pour en savoir plus

 

A+B=X

Chorégraphie Gilles Jobin
Musique Franz Treichler and The Young Gods
Lumière Daniel Demont
Danseurs 1997 Ana Pons Carrera, Gilles Jobin, Nuria de Ulibarri
Danseurs 2014 Ruth Childs, Susana Panadès Diaz, Bruno Cezario
Apparitions dans le film Franko B, Ana Pons Carrera, Gilles Jobin, Nuria de Ulibarri
Films super 8 Gilles Jobin
Camera Pau Ros, Ulrich Fisher
Régie lumière Marie Predour
Régie son Gilles Jobin
Production 1997  Artsadmin - Londres
Coproduction Théâtre Arsenic Lausanne, Zürcher Theater Spektakel, Zurich, Maison des Arts Thonon-Evian, FAR Festival des Arts Vivants, Nyon
Avec le soutien de Pro Helvetia Fondation Suisse pour la Culture, Loterie Romande, Migros, Corodis, Canton de Vaud, Ville de Lausanne
Production 2011 Cie Gilles Jobin – Genève
Avec le soutien de Centre Culturel Suisse Paris, Loterie Romande, Festival Lattitudes Contemporaines Lille

La Cie Gilles Jobin bénéficie d’une convention de soutien conjoint de la Ville de Genève, de la République et Canton de Genève et de Pro Helvetia.
Gilles Jobin est artiste associé à Bonlieu Scène nationale, Annecy

Gilles Jobin est internationalement reconnu depuis sa première chorégraphie pour trois danseurs A+B=X qu’il crée en 1997 à l’Arsenic de Lausanne et reprise cette saison.
En 1999 il produit Braindance qui ouvrira la saison 2000-2001 du Théâtre de la Ville à Paris.
Son orientation artistique radicale et sa reconnaissance internationale font de lui un des précurseurs d’une nouvelle génération de chorégraphes européens. Suit un autre quintet, The Moebius Strip, créé à Paris au Théâtre de la Ville en 2001. En 2002, il crée Under Construction à la Schaubühne de Berlin.

En 2003, Gilles Jobin surprend encore en acceptant une commande du Ballet du Grand Théâtre de Genève pour lequel il crée TWO-THOUSAND-AND-THREE, pièce pour vingt-et-un danseurs. La même année il crée Delicado pour le Ballet Gulbenkian, et en 2005 il crée Steak House à l’Arsenic de Lausanne après être revenu s’installer en Suisse.
En 2006, il devient artiste associé de Bonlieu Scène nationale Annecy en France où il crée ses quatre productions suivantes Double Deux (2006), Text To Speech(2008), Black Swan (2009) et Le Chaînon Manquant – The Missing Link (2010).
En 2011 il crée dans le même lieu Spider Galaxies – une pièce dans laquelle il redéfinit le mouvement à l’aide d’une imposante base de données iconographiques. Il reprend également A+B=X avec de nouveaux interprètes. A la fin de cette même année, et suite à une proposition de collaboration avec L’Orchestre de Chambre de Genève, il crée sa première pièce sur une musique existante. Un trio dansé en présence d’un septuor à cordes qui interprète en directShaker Loops de John Adams, présentée en avant-première à La Gaîté lyrique à Paris.

En mars 2012, il est devenu le premier lauréat du prix Collide@CERN-Genève, dans la catégorie danse et performance, pour sa proposition d’explorer par la danse et des interactions la relation entre l’esprit et le corps au sein du plus grand laboratoire de physique des particules du monde.

En 2013, il créé PROTOKIDS au festival La Bâtie à Genève pour neuf jeunes danseuses de la Cie Virevolte Manon Hotte. Il produit également QUANTUM, une pièce pour six danseurs. La pièce a reçu le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès pour la collaboration entre Gilles Jobin et l’artiste visuel Julius von Bismarck dont l’installation Versuch Unter Kreisen sert de dispositif lumineux et scénographique. Ecriture du storyboard du film chorégraphique en stéréoscopie Womb : réalisation Gilles Jobin, décor Sylvie Fleury, musique Franz Treichler, costumes Jean-Paul Lespagnard.

Outre ses propres créations, Gilles Jobin a fait de sa compagnie et des Studios 44 un lieu pionnier pour la formation professionnelle du danseur, la reconnaissance de la danse contemporaine en Suisse et la stimulation des échanges internationaux à travers de nombreuses initiatives : entraînement quotidien du danseur, actions pédagogiques, workshops, résidences d’artistes, ainsi que des projets avec les pays du Sud, notamment en Afrique et en Amérique Latine.